Jean-Yves Reuzeau, Imiter la vie. 

En exil dans une ville étrangère, le poète observe l'équilibre précaire d'un enfant qui avance sur la bordure du trottoir. De loin en loin, le souvenir d’une femme, d’un amour. Dans la ville-arène, la part de jeu, la prise de risque, la beauté éclatante sous la menace… 

Couverture : Léa Chevrier

 

Didier Ayres, Le Récit d’un arpentage. 

Lors d’une résidence d’écriture à Metz, au moment de la construction du Centre Pompidou, Didier Ayres ne voulait pas laisser échapper l'occasion de saisir le moment éphémère la réalisation d’un bâtiment de cette importance; cette promenade en est le propos. 

Couverture : Yasmina Mahdi

 

 

Guillaume Apollinaire, Le Musicien de Saint-Merry. 

Apollinaire réactualise la figure du joueur de flûte. Précédant les surréalistes, il fait de la ville un lieu d’envoûtement et d’érotisme en substituant aux rats du mythe originel une foule de femmes... Le musicien conduit cet étrange cortège dans les rues du faubourg. 

Couverture : Julie Bamelis

 

 

Caroline Cranskens, C’était le début d'une histoire. 

« Un voyage est une opération qui fait correspondre des villes à des heures. » Paul Valéry. Dans ce récit poétique, cette géographie intime, la rencontre avec Lisbonne fait date. 

Couverture : Ana Neto

 

 

Charles Baudelaire, Les Fenêtres. 

Baudelaire a contribué à faire émerger la figure du flâneur en France en traduisant L’Homme des foules d’Edgar Allan Poe. Dans ce petit poème en prose, il évoque la dimension ludique et poétique d'une déambulation nocturne : depuis la rue, chaque fenêtre est l'occasion d'inventer une vie... 

Couverture : Quentin Capelain

les Vagabonds / les villes

5.00€Prix

    ©2019 les Venterniers